Les conversations du bureau touchent parfois des sujets inattendus. Nous discutions au lunch du célèbre film/livre Cinquante nuances de Grey quand notre directeur de la livrabilité a fait un lien (pas celui auquel vous pensez!) avec notre boulot. Selon lui, les pratiques de Christian et Anastasia et le marketing par courriel ont le même fondement: le consentement!


Kevin a un délicieux sens de l’humour et son commentaire nous a fait éclaté de rire. Mais, au fond, il a tout à fait raison!

Pour le marketing par courriel comme pour les pratiques sado-maso: la relation repose sur le consentement.

Menottes en forme de coeur

Le consentement est la base de la relation sado-maso. Entre les deux partenaires, un contrat est signé pour déterminer les règles exactes de la relation. Dans le cas de vos efforts de marketing par courriel, dans un domaine complètement différent je l’imagine, ce consentement est aussi crucial. C’est la clé de votre relation avec chaque personne dont l’adresse apparaît sur votre liste. La permission qu’il (elle) vous a donné vous permet de la contacter (Je parle strictement ici d’abonnement à votre infolettre. Pour le reste…)

Sans ce consentement, ce n’est pas une relation: c’est de l’abus.

Enfin, même si, parfois, vous vous sentez comme Christian et n’avez pas envie de suivre toutes les clauses du contrat, je vous rappelle que, contrairement à la fiction, dans la vraie vie vos abonnés s’attendent à ce que vous suiviez les règles!

Please wait...