Délivrabilité

Comment éviter d’être considéré comme spam ?

Ah le spam… Un vrai fléau. Vous vous êtes donné du mal pour créer une belle campagne d’emailing pour vos clients, mais vous vous apercevez, après l’avoir envoyée, qu’elle a atterri dans leur dossier « courriers indésirables »… Cet article vous dresse les bonnes pratiques et vous donne de précieux conseils pour que vos emails n’arrivent plus en spam mais bien en boîte de réception. 

Le couple expéditeur/objet

Tout d’abord, l’adresse email que vous allez utiliser pour envoyer vos campagnes d’emailing doit vraiment exister, on oublie donc les adresses type noreply@…

Pensez ensuite à personnaliser le nom de l’expéditeur au maximum pour permettre à vos destinataires de vous identifier immédiatement. Vous pouvez tout simplement utiliser le nom de votre entreprise – comme pour Eurostar ou la marque de prêt-à-porter Kookai, ci-dessous – ou coupler le nom de votre entreprise à celui de l’expéditeur – comme pour AXA, ci-dessous.

Exemples expediteur/objet

Exemples de couples expéditeur/objet qui sont clairs et donc fonctionnent très bien

Votre objet va également être un des premiers éléments à être analysé par les filtres anti-spam. Évitez donc d’utiliser des termes considérés comme spam tel que « gratuit », « cliquez » ou le classique « viagra » 😉 Veillez également à ne pas abuser des points d’exclamation et DES MAJUSCULES !!!!!! Enfin, insérer l’email d’un destinataire dans l’objet est mal vu par les filtres anti-spam donc nous vous le déconseillons.

Le contenu de votre email

Passons maintenant à votre email en lui-même. N’utilisez pas une seule énorme image, mais plutôt plusieurs petites, plus le ratio texte/image est équilibré, mieux c’est. Pensez également à ajouter des textes alternatifs pour chacune de vos images, ce texte sera visible lorsque l’image n’apparaît pas.

Autre règle que vous ignorez peut-être, n’insérez pas de vidéo dans vos emails car elles ne s’afficheront pas. Vous pouvez tout simplement mettre le lien de la vidéo dans l’email ou bien prendre une capture d’écran de cette vidéo et y ajouter le lien correspondant – comme dans l’exemple du site e-commerce de cosmétiques, Birchbox, ci-dessous.

Exemple de vidéo dans un email

Exemple de Birchbox qui utilise des captures d’écran pour rediriger vers des vidéos

Les formulaires et les pièces jointes sont également à proscrire. Nous vous conseillons de mettre des liens à la place, ils ont l’avantage de vous permettre de tracker les ouvertures 😉 Évitez également les animations flash et n’hésitez pas à les remplacer par un GIF qui rendra votre email beaucoup plus vivant et agréable à lire.

Polabox gif saint valentin

Exemple d’un gif utilisé par Polabox dans sa campagne d’emailing pour la Saint-Valentin

Enfin, comme pour l’objet, évitez les mots considérés comme spam, les majuscules, les points d’exclamation ou encore le texte en rouge et vert.

Le lien de désinscription

Celui-ci est tout simplement obligatoire. Libre à vous cependant de le placer où bon vous semble dans votre email. Nous recommandons de le mettre en avant, car si quelqu’un veut se désinscrire mais qu’il ne trouve pas le lien, il risque de vous signaler comme spam pour être sur de ne plus recevoir vos mails. Or, il vaut mieux quelques désinscrits plutôt que de voir vos prochaines campagnes bloquées et votre IP blacklistée, non ?

Exemple de lien de désinscription

Exemple de Webikeo qui met le lien de désabonnement dans le header de sa newsletter

Votre liste de contacts

La clé pour ne pas être considéré comme spam est d’avoir une liste de contacts qualifiée. Pour cela, nous vous recommandons de toujours utiliser le double opt-in qui consiste à demander à l’internaute de cliquer sur le lien de confirmation d’inscription envoyé par email. Cela permet de s’assurer que l’adresse email est bien valide et donc d’éviter les bounces (ou NPAI).

Avec le double opt-in vous êtes donc sûr que la personne s’est inscrite de manière libre, car il est en fait illégal d’envoyer des emails à des personnes si vous ne pouvez pas prouver leur inscription volontaire.

Pensez également à nettoyer votre liste régulièrement en prenant en compte les désinscriptions et en désabonnant vous-même les hard bounces. Sachez cependant que si vous utilisez une solution d’emailing, elle s’occupera automatiquement de vos emails invalides, de vos désabonnés ainsi que de vos plaintes spam.

Exemple de hard bounce dans une liste de contacts

Exemple d’une campagne où un destinataire a été identifié comme hard bounce par SimpleMail, il convient donc de le supprimer.

Enfin, pour vous assurer que votre mail n’arrivera pas dans les spams, nous vous invitons à utiliser une solution d’emailing avec laquelle vous pourrez vous envoyer un email de test, vous pourrez ainsi voir si cet email de test arrive bien dans votre boîte de réception. Nous vous recommandons même de tester votre courriel à plusieurs adresses de fournisseurs différents. Si vous le(s) retrouvez dans vos courriers indésirables, nous vous invitons à revenir au début de cet article et à vérifier votre campagne point par point 😉

Please wait...