1. Accueil
  2. Cakemail Classique
  3. Livrabilité
  4. Acheter, vendre, ou louer une liste de contacts/d’adresses courriels

Acheter, vendre, ou louer une liste de contacts/d’adresses courriels

Acheter ou vendre

N’acceptez jamais d’acheter une liste de contacts ou de vendre la vôtre! Les listes achetées sont formées d’adresses courriel acquises par d’un tiers, tel qu’un courtier. Plusieurs entreprises considèrent acheter des listes afin de facilement et rapidement accéder à un groupe particulier d’adresses courriel. Le problème est que le consentement n’est pas transférable, ce qui rend illégal l’utilisation des listes achetées ; ce n’est donc pas une stratégie de marketing valide. La Loi CAN-SPAM stipule spécifiquement qu’il est illégal de vendre (et donc, inversement, acheter) des adresses courriel.

Les abonnés qui se retrouvent sur une liste achetée n’ont pas expressément consenti à recevoir des courriels de votre part. Ils signaleront donc fort probablement vos courriels comme étant du spam et vous aurez terni votre relation d’affaires avec eux avant même qu’elle n’ait commencé. De plus, l’utilisation de listes achetées aura un impact sur la livraison de toutes vos campagnes, affectant ainsi également ceux qui auront consenti à recevoir des courriels de votre part.

Louer

Une liste de contacts/d’adresses courriel louée est semblable à une liste achetée, en ce sens que l’expéditeur n’a aucune relation avec les membres de cette liste. Ces listes sont généralement utilisées pour des campagnes courriel uniques servant à rapidement rejoindre un nouveau public. Dans le cas de la location d’une liste, le responsable-marketing ne verra jamais la liste comme telle. Le responsable-marketing aura à fournir son contenu au détenteur de la liste, se trouvant donc à la merci de celui-ci en ce qui a trait à la validité de la liste ( consentement ) et à l’envoi de sa campagne.

Les membres d’une liste louée pourraient juger que vous utilisez de mauvaises pratiques de marketing et marquer votre infolettre comme pourriel ( « spam » ). Cette pratique pourrait alors entraîner des non-livraisons et/ou un haut taux de plaintes, ternissant ainsi votre réputation ainsi que celle du détenteur de la liste.

Peu importe qui envoie la campagne, si le contenu est le vôtre, vous demeurez toujours responsable de ce que les autres feront en votre nom.

[Total : 0    Moyenne : 0/5]
Mis à jour le 14 Août 2018

Articles liés